Model Law on Alcohol, Cannabis and Tobacco Products

Model laws have existed since the 19th century. They mostly aim to impose or provide suggestions for particular content of law and thus to harmonise laws. Most model laws pre-empt choices. Model laws of the Regulatory Institute are different. The purpose of the model laws elaborated by the Regulatory Institute are to facilitate the tasks of regulatory practitioners, be they working for administrations or parliaments, to improve the quality of laws by triggering more conscious choices. The model laws of the Regulatory Institute should serve as inspiration, as a toolbox, checklist, raw material or a basis for the development of an adapted law and optimised as such. The model laws are not intended to be used exactly as they are drafted. They try to point to important decisions to be taken by the regulatory practitioners without pre-empting respective choices. Often they present choices, either as alternatives, or add-on modules that can be kept or deleted.

In view of that specific task, the model laws of the Regulatory Institute offer so many possibilities for differentiation that no jurisdiction will use all of them. Consequently, once a decision has been taken regarding the possibilities for differentiation to be used, the law can and should be simplified.

The following alcohol, cannabis and tobacco (ACT) model law does not propose political choices or intend to influence legislation in a certain direction. Instead, it provides a relatively complete basic pattern for the development of laws or regulation optimised according to the situation in the respective jurisdiction and in particular its culture, its customs, its needs, its administrative system and enforcement capacities. The use of a model law may even liberate energy and capacities for the important political choices. The model law aims to facilitate the development of tailor-made laws and, on average, more complete laws. It shall generate more complete laws without preempting any choices. Hence users of this model law should feel free to modify all the sentences, to add new ones and also to delete those which are not needed.

We have avoided developing very detailed technical provisions so that the model law is useful for all jurisdictions regardless of their resources or capacities. We thus strived for a low to medium level of technical depth, whilst pursuing the goal of completeness as stated above. The four articles on which this model law is based contain many references to highly technical regulations that go, for certain aspects, much deeper than this model law and thus point to possibilities for more technical advancement:

Users of this model law are advised to read these four articles.

In view of the differing resources and capacities each jurisdiction has, the following colour coding is used in the model law:

  • Green stands for provisions which are “technically easy to implement” or “unavoidable / essential whilst being of medium difficulty to implement”; therefore the green provisions represent the minimum all jurisdictions should follow for an effective and competent alcohol, cannabis and tobacco regulatory framework, with a caveat following three paragraphs below.

  • Red is at the opposite end and stands for “technically difficult to implement” or “rarely advantageous whilst being of medium difficulty of implementation”; we thus recommend particular caution before including the red provisions.

  • The remaining provisions are marked in yellow. They are all of medium difficulty.

For a jurisdiction with low implementation capacities, we recommend using all the green provisions and some of the yellow, but discarding the red provisions as a baseline.

For a jurisdiction with medium implementation capacities, we recommend using all the green and most of the yellow provisions, but to be very selective regarding the provisions in red.

For a jurisdiction with high implementation capacities we recommend using all the provisions and developing more detailed provisions for some of the sections, up to the level of technicality that is highest performing and still manageable.

The model law is construed in such a way that it could “stand” with the green provisions alone, but that the sections or provisions in other colours can be added as extension modules.

In the above, we refer to the aspect of technically simple, medium or difficult to implement. This parameter alone should not be the basis on which provisions are included or excluded in a particular regulation. What is more important is the overall quantitative implementation and in particular, the enforcement capacity of the jurisdiction, even very advanced technical jurisdictions should consider this carefully. Hence the following questions need to be considered:

  • Do we have the necessary (quantitative) enforcement capacities to enforce all the provisions we deem ideal?

  • If not, which provisions shall we mainly focus on in terms of enforcement, where shall we steer our resources?

  • Shall we nonetheless maintain the other, low-enforcement /-priority provisions that we are probably unable to enforce, hoping the provisions act as a deterrence? Can we use enforcement via third parties to extend the zone of enforceable provisions (see Sub-Sections 10.5.3 and 11.4 of the Handbook “How to regulate?”)? Or do we prefer to eliminate the low-enforcement /-priority provisions so as to avoid an uneven playing field, which disadvantages those operators who respect the law compared against those who only do so where there is effective enforcement?

As a result of this sequence of questions, even some provisions marked in green will need to be eliminated at the end of the day, and this even in technically very advanced jurisdictions. Again, we encourage the regulator to be selective.

Where two or more bits of text are in [ … ], separated by an “OR”, a choice is suggested. Short bits of text for which a choice is to be made are simply marked by a separating “ / “. Longer bits of text for which there is a choice are marked with “(Var. 1)”, “(Var. 2)”, …, “Var.” standing for “variant”.

Sometimes, two variants for the same topic have different colour codings. In these very few cases, it might be commendable for jurisdictions with a medium or high implementation capacity not to use the green text.

Text in “( … )” is meant to indicate how a loophole could closed or gives another recommendation for use.

The model law contains a few duplicated provisions which are not accidental, but would need to be eliminated or replaced by references where all sections and provisions are kept. As it is a model law, we cannot predict which sections and provisions will be selected, and each section or provision thus should work also when standing alone.

Download ACT Model Law EN     /     Télécharger la loi type FR

1 thought on “Model Law on Alcohol, Cannabis and Tobacco Products

  1. DÉCLARATION

    L’Afrique Est Toujours Sous La Menace du Tabac.

    Nous profitons de la célébration de la Journée Mondiale Sans Tabac 2022 dont le Thème cette année 2022 est “Le tabac : une menace pour notre environnement” pour attirer l’attention de tous les acteurs , et toutes les organisations qui luttent contre le tabagisme en Afrique que nous devons être plus vigilant dans le combat que nous menons, car l’industrie du tabac manœuvre plus jamais dans nos pays pour s’imposer toujours davantage, surtout quand elle a en face d’elle des états dont la volonté politique est tout simplement assujettie aux désidératas des géants de l’industrie du tabac.
    Cette situation impose aux sociétés civiles africaines de changer de posture, pour pousser les états à respecter tous leurs engagements, dont les premiers doivent être la protection, la préservation et la défense de la santé de leurs populations.
    La situation de la lutte antitabac en Afrique.
    L’Afrique fait face plus que jamais à des défis de toutes sortes, et ne peut par conséquent accepter d’être à la merci de lobbys dont les seuls objectifs sont d’appauvrir sans état d’âme des pays pauvres et sous-développés.
    L’année 2022 doit être une année de solidarité de tous les acteurs et de toutes les organisations dans tous les pays africains.
    La vérité est que La lutte anti-tabac en Afrique est aujourd’hui parasitée par toutes sortes d’interférences, en passant par celle de l’industrie du tabac, et d’autres que nous dénonceront publiquement le moment venu.

    La réalité est que le tabac est plus présent que jamais dans nos pays, et qu’il va continuer d’être une menace pour les hommes, les femmes, les enfants, les jeunes et les économies africaines.

    En Afrique la lutte contre le tabac est insuffisamment soutenue par les états, et les rares ressources provenant des partenaires sont inégalement et géographiquement très mal reparties.

    D’où l’urgence d’aller vers la mobilisation des ressources domestiques ou innovantes dans nos pays, ce nous qui permettra de développer une lutte antitabac véritablement nationale.

    Nous invitons les sociétés civiles engagées dans la lutte contre le tabagisme à aller dans le sens de réflexions inclusives afin de pouvoir mobiliser des ressources dans leurs propres pays pour se prendre en charge.

     Le coût économique du tabagisme estimé à 1 400 milliards de dollars dans le monde.
     Près de 5 000 milliards de cigarettes sont consommées chaque année et à près de 2 000 milliards de dollars de dommages économiques.
     Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) chaque année, plus de huit millions 8.000.000 de personnes meurent du tabac dans le monde dont 460.000 en Afrique.
     Le tabagisme est aujourd’hui une épidémie planétaire avec plus d’un 1,3 milliard de fumeurs à l’échelle du globe, dont les 80% vivent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.
     Au 20 e siècle, 100 millions de personnes sont mortes prématurément à cause du tabagisme. On estime qu’au cours de ce siècle, 1 milliard de personnes mourront.
    Les tromperies et les tactiques sournoises employées par l’industrie du tabac depuis des décennies ont rendu des générations de consommateurs dépendantes de la nicotine et du tabac, d’où l’épidémie mondiale à laquelle on assiste actuellement.
    L’industrie du tabac cible de plus en plus les enfants et les adolescents, en recourant à des tactiques publicitaires, en leur proposant directement un nouveau portefeuille de produits qui menacent leur santé.

    Tuberculose et Tabagisme :
    Le tabac est non seulement une des causes majeures de morbidité et de mortalité, mais également un des facteurs de risque pour l’infection tuberculeuse et la tuberculose.

    Même l’exposition passive peut augmenter le risque d’infection et de maladie chez les adultes et les enfants exposés à la tuberculose.
    Dans les pays en développement, où l’incidence de la tuberculose est élevée, l’augmentation de la prévalence du tabagisme peut avoir un impact important sur l’endémie tuberculeuse.
    Une proportion élevée de décès prématurés dus aux maladies non transmissibles est causée par un seul facteur de risque évitable : le tabagisme, commun à l’ensemble des catégories des maladies non transmissibles.
    Si les gouvernements veulent progresser dans la prévention des maladies non transmissibles, ils devront réduire le tabagisme.
    Les coûts économiques globaux du tabagisme.

    Ces industries se montrent particulièrement promptes à lancer leurs produits, et elles utilisent tous les moyens disponibles pour accroître leur part de marché avant que la réglementation ait le temps de réagir.

    Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le coût économique global du tabagisme (y compris les coûts médicaux et les pertes de productivité dues aux décès et à l’invalidité) a été estimé à plus de $1 400 milliards par an, soit 1,8% du produit intérieur brut (PIB) annuel mondial.

    Les états doivent appliquer des taxes les plus élevées possibles.

    Il faut imposer des solutions fiscales pour arriver à une réduction optimale du tabagisme en Afrique de l’Ouest.
    Il a été largement prouvé que l’augmentation substantielle et régulière des taxes et des prix est le moyen le plus efficace pour réduire la consommation du tabac, notamment chez les couches les plus vulnérables de la société.

    Bien qu’elle soit la mesure de lutte antitabac la plus efficace, la taxation du tabac est largement sous-utilisée dans les politiques publiques.

    Les Directives de la CEDEAO et de l’UEMOA

    D’où la nécessite pour les pays de l’UEMOA et de la CEDEAO d’aller vers une application effective des directives de la CEDEAO et de l’UEMOA initiées par le Consortium pour la Recherche Économique et Sociale CRES , portant sur les droits d’accises sur les produits du tabac dans les Etats membres , et un plaidoyer pour le renforcement et l’harmonisation des politiques fiscales en Afrique de l’Ouest auprès des commissions de l’UEMOA et de la CEDEAO en direction des décideurs et autorités ;

    L’ingérence de l’industrie du tabac.

    L’OMS indique dans son rapport que l’ingérence de l’industrie du tabac reste un obstacle majeur aux augmentations fiscales importantes dans de très nombreux pays.

    Les fabricants de tabac utilisent plusieurs arguments pour s’opposer et affaiblir les politiques fiscales :

    Parmi les raisons qui expliquent l’importance de la consommation de tabac figure l’ingérence que l’industrie du tabac exerce sur les politiques publiques de nos pays.

    Cette industrie déploie en effet toute une série de stratégies pour s’opposer aux mesures allant à l’encontre de ses intérêts financiers) et miner les efforts de la prévention du tabagisme.

    La Convention Cadre pour la Lutte Antitabac, CCLAT et le Protocole pour éliminer le commerce illicite des produits du tabac et le Secrétariat of the WHO Framework Convention on Tobacco Control FCCT et le Protocole pour éliminer le commerce illicite des produits du tabac.

    Nous interpelons le Secrétariat de la Convention-cadre de l’OMS sur la présence massive de contrebande de tabac en Afrique.

    Choix d’un système totalement indépendant de l’industrie du tabac.

    L’industrie du tabac tente par tous les moyens d’imposer à des états un système suivi et de traçabilité qui saperait assurément et fondamentalement les fondements même de la Convention-Cadre de l’OMS pour La Lutte Antitabac (CCLAT) , et du Protocole du Commerce Illicite des Produits du Tabac.

    Au vue de l’ampleur de la présence de produits illicites du tabac et de contrebande sur nos marches, les chiffres disponibles ne reflètent nullement la réalité.

    D’où l’urgence de disposer d’un système de suivi et de traçabilité du tabac, fiable dans les pays africains, comme le stipule le protocole pour éliminer le commerce illicite des produits du tabac de l’OMS qui prévoit et recommande la mise en place du contrôle de la chaîne d’approvisionnement, et l’instauration d’un système totalement indépendant de l’industrie du tabac.

    Nous savons qu’au Kenya l’industrie du tabac a tenté d’infiltrer, de soudoyer et d’influencer l’appel d’offres de Track and Trace , d’où l’appel à la vigilance à nos états sur le choix d’un système fiable et performant .

    Les produits du tabac nouveaux et émergents.

    Les produits du tabac chauffés sont, comme tous les produits du tabac, intrinsèquement toxiques et contiennent des substances cancérogènes, et Ils doivent donc être traités comme tous les autres produits du tabac dans les politiques antitabac.

    Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus Directeur Général de l’OMS estime qu’il faut protéger les enfants en les empêchant d’accéder à ces nouveaux produits que sont : les cigarettes électroniques, les inhalateurs électroniques de nicotine etc…

    Il estime aussi que là où ces produits ne sont pas bannis, « les gouvernements devraient adopter des mesures adéquates pour protéger leur population du danger de ces inhalateurs électroniques de nicotine et empêcher que les enfants, les adolescents et d’autres groupes vulnérables ne les utilisent », et que donc les enfants qui utilisent ces dispositifs ont plus de chance de fumer plus tard.

    En Afrique les enfants sont aussi exposés que les adultes au tabagisme.

    Nous tirons donc la sonnette d’alarme encore une fois pour alerter sur les risques que la présence du tabac fait peser sur nos pays , nos économies , nos populations dont les franges les plus ciblées sont les femmes , les jeunes et surtout les enfants qui sont particulièrement fragiles et sensibles aux produits du tabac.

    En Afrique les enfants sont aussi exposés que les adultes au tabagisme sinon plus, et ils ne disposent d’aucune protection.
    Si des mesures immédiates ne sont pas prises, nos populations subiront l’aggravation de maladies liés au tabac comme la tuberculose, et certaines, les maladies non transmissibles (MNT) (comme le cancer, les maladies cardiovasculaires, respiratoires et le diabète)

    Amadou Moustapha GAYE.
    . Président de la Ligue Sénégalaise Contre le Tabac LISTAB.
    . Président de l’Organisation Afrique Sans Tabac
    afriquesanstabac@gmail.com
    Sources principales :
    . Organisation mondiale de la santé (OMS)
    . Convention-Cadre pour la Lutte Antitabac (CCLAT)
    .Protocole pour éliminer le Commerce Illicite des Produits du Tabac.
    . Secrétariat of the WHO Framework Convention on Tobacco Control FCCT
    . Food and Drug Administration (FDA)
    . Action sur le Tabagisme et la Santé ASH

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

2 × 2 =